Accueil du site > Quand le végétal s’invite aux repas des petits… > Introduction

Introduction

mardi 23 décembre 2014, par WEBMASTER

Si de manière ancestrale, des millions de personnes dans le monde sont végétariennes, depuis quelques temps en France, elles sont en très nette augmentation. Ce type d’alimentation fait régulièrement la une des journaux qui vente sa valeur nutritionnelle et les produits végétariens se multiplient dans les supermarchés et dans les restaurants.

Certaines personnes sont persuadées que ce n’est pas notre nature de consommer de la viande et remettent en question la classification « d’omnivore », c’est-à-dire ’capable de manger de tout’. Omnivores pour les uns, végétariens pour les autres... Sans trancher sur ce débat, nous approcherons la spécificité physiologique et anatomique de l’homme moderne (en supposant des différences probables avec nos lointains ancêtres que nous n’aborderons pas ici).

Dans tous les cas, deux constats s’imposent : l’homme est capable de manger de tout et il est aussi tout à fait possible de vivre en bonne santé sans produits animaux en respectant quelques principes simples.

En France, de plus en plus de consommateurs choisissent une alimentation végétarienne ou cherchent à réduire leur consommation de viande pour des raisons variées :

  • à cause des scandales alimentaires (la vache folle,...) et de la méfiance qui en découle dans les produits vendus,
  • après avoir vu des reportages sur l’élevage de masse : utilisation massive d’antibiotiques entrainant le développement de bactéries résistantes mais également par souci de conscience : plus d’un million d’animaux sont abattus chaque jour en France pour être consommés,
  • pour se nourrir sainement : les risques cardio-vasculaires, de cancer et de diabète et d’autres maladies sont accrus par la consommation de viande,
  • par choix économique : la viande reste un produit de consommation coûteux,
  • par choix écologique : l’élevage industriel est gourmand en énergie - terre, eau, combustibles fossiles - et produirait 18 % des émissions mondiales de gaz à effets de serre ainsi que d’autres formes de pollution et de destruction d’écosystèmes terrestres et marins,
  • par choix éthique (refus de la souffrance animale), philosophique (refus de manger un être vivant) et aussi tout simplement par plaisir gustatif.

Nous verrons qu’il existe plusieurs types de végétarisme, plus ou moins radicaux, excluant aussi le poisson voire toute substance issue du monde animal (miel, lait animal,...).

Pour vivre, nous avons constamment besoin d’énergie. L’ingestion de protéines, d’hydrates de carbone, de graisses, de substances minérales, d’oligo-éléments, de vitamines, de fibres alimentaires et leur transformation dans le corps, nous procurent toutes les substances nutritives vitales. Nous verrons alors comment remplacer en connaissance les substances nutritives d’origine animale dans les mêmes quantités que celles définies par les ANC (Apports Nutritionnels Conseillés) tout en préservant notre équilibre nutritionnel et minéral.

Nous aborderons bien sûr précisément les recommandations voire les mises en garde pour les tout-petits, indispensables à leur bon développement.

 Et si à la lecture de cette lettre à table, l’envie vous vient de « végétaliser » l’alimentation des jeunes enfants, restez vigilant à leurs besoins en suivant les conseils des professionnels de santé, et offrez-leur le plaisir de manger de savoureux repas végétariens !

Réalisé par

logo_ireps

L'Instance Régionale d'Education et de Promotion de la Santé Bretagne - Antenne du Finistère

Adresse: 9, rue de l'Ile d'Houat
29000 Quimper
Telephone: 02 98 90 05 15
Site: www.irepsbretagne.fr
E-mail: contact29@irepsbretagne.fr

Avec le soutien

logo_ireps

du Conseil Départemental du Finistère - Direction de la solidarité, service PMI
Site: www.finistere.fr