Accueil du site > Apprenti cuisinier : un jeu d’enfant à partager au fil des saisons (...) > A la découverte du marché

A la découverte du marché

jeudi 16 juin 2016, par WEBMASTER

Les marchés hebdomadaires regroupent généralement des producteurs locaux proposant des produits issus de leurs potagers, vergers, élevages ou bien de diverses fabrications artisanales.

Lors d’une balade au gré des étals, tous nos sens ainsi que ceux des enfants sont en éveil :

  • notre vue est sollicitée par la diversité d’aliments et de couleurs qui varient selon les saisons,
  • notre odorat est stimulé par de délicieuses odeurs qui viennent chatouiller notre nez,
  • notre ouïe nous guide au fil des étals grâce à cette ambiance si particulière mêlant les voix des marchands à celle des personnes qui se rencontrent,
  • notre toucher nous permet de découvrir la texture des aliments, leur consistance, et de choisir de beaux fruits et légumes à pleine maturité,
  • et enfin notre goût nous permet de découvrir la richesse des saveurs et des arômes au détour d’une petite dégustation.

Le marché nous réserve ainsi le plaisir d’une vraie promenade en plein air qui exalte tous nos sens, et qui a de quoi nous mettre en appétit ! En effet, qui n’a jamais été tenté de savourer une crêpe toute chaude ou de picorer une jolie fraise Gariguette dans le panier tout en flânant au marché ?!

Lors de cette excursion, les enfants peuvent percevoir différemment les choses selon leur position et leur hauteur : en effet, ils vont avoir une vision différente de la vôtre et ne peuvent pas tout voir selon s’ils sont dans la poussette ou bien debout à vos côtés. N’hésitez pas à prendre le temps de vous avancer avec eux près des étals ou à les porter dans les bras pour prendre un peu de hauteur, quand cela est possible, pour qu’ils puissent mieux les observer.

La balade au marché représente ainsi l’occasion de faire découvrir aux enfants la diversité des aliments que nous consommons, notamment la grande famille des fruits et des légumes frais. Devant l’étal du marchand, les enfants peuvent reconnaître certains aliments qu’ils connaissent déjà en les nommant et en les décrivant (comme par exemple leur forme, leur couleur…), mais aussi en découvrir de nouveaux. En effet, les fruits et légumes diffèrent selon les périodes et les saisons. Ils poussent dans une région ou un pays particulier, en pleine terre ou sous abri non chauffé. Ils poussent ainsi à leur rythme et selon leur cycle naturel.

Au printemps, le renouveau de la nature nous fait découvrir la saveur des fruits et légumes primeurs comme les carottes, les petits pois, les navets, les asperges, les radis, les fraises… Alors pourquoi ne pas se laisser tenter par la préparation d’un navarin de petits légumes fondants ?

En été, les étals sont très colorés avec les « légumes du soleil » comme les tomates, les courgettes, les aubergines, les poivrons… et avec les fruits juteux comme les cerises, les nectarines, les pêches, les abricots, les melons, les pastèques mais aussi les fruits rouges (framboises, mûres, groseilles, cassis, myrtilles)… Tout ce qu’il faut pour préparer une appétissante ratatouille et une délicieuse salade de fruits frais avec les enfants !

Quand vient l’automne, les potimarrons et autres courges (potiron, pâtisson, courge spaghettis, citrouille…) donnent une jolie teinte orangée aux étals, tout comme la lumière plus douce de cette saison. Sans oublier les nombreuses variétés de champignons que l’on peut aussi ramasser soi-même en forêt (attention toutefois à bien les identifier avant de les consommer). Les pommes, les poires, les raisins et les prunes accompagnent les fruits oléagineux (noisettes, noix…) et les châtaignes que l’on peut déguster grillées.

En hiver, les poireaux, les carottes, les choux, les endives, les salsifis, mais aussi les « légumes anciens » comme les panais, les topinambours et les crosnes, peuvent nous réchauffer cuisinés en gratins ou en délicieux veloutés de légumes. Les agrumes (oranges, clémentines, mandarines, pamplemousses, pomelos) ainsi que les kiwis sont riches en vitamines, comme la vitamine C pour nous aider à être en pleine forme. Les fruits exotiques (mangues, fruits de la passion, litchis, goyaves, avocats…) sont aussi à l’honneur sur les étals en hiver. La découverte de ces fruits est l’occasion d’expliquer aux enfants que les saisons diffèrent d’un continent à l’autre et que, de ce fait, ces fruits ont beaucoup voyagé pour arriver jusqu’à chez nous.


La consommation de fruits et légumes de saison présentent de nombreux atouts, d’autant plus lorsqu’ils sont produits localement. En effet, ils sont alors récoltés à maturité et ont un temps de transport plus court du producteur au consommateur.

Grâce à cela :

  • Ils ont plus de goût car ils sont à pleine maturité. En effet, un légume ou un fruit qui a eu le temps de mûrir au soleil développe plus de saveurs que ceux qui mûrissent pendant le transport car ces derniers sont cueillis avant maturité pour être encore consommable à leur arrivée, et donc avec de moindres qualités gustatives. Déguster des fruits et légumes bien mûrs permet de ainsi de (re)découvrir le plaisir de consommer des fruits et légumes au moment où ils sont les meilleurs.
  • Ils sont plus riches en nutriments car, à maturité, les fruits et légumes contiennent plus de vitamines et d’antioxydants ayant un rôle de protection de nos cellules contre les agressions extérieures. La nature étant bien faite, les produits d’hiver sont riches en vitamines et minéraux stimulant notamment notre système immunitaire pour lutter contre le froid et les produits d’été sont gorgés d’eau afin de favoriser notre hydratation. Nos habitudes de consommation vont également dans ce sens car, en hiver, nous apprécions généralement les soupes de légumes pour se réchauffer alors qu’en été nous préférons plutôt déguster des crudités pour se rafraîchir ! De plus, durant le transport et l’entreposage, les fruits et légumes perdent également une partie de leurs vitamines qui sont très sensibles à l’air, à la chaleur et surtout au temps qui passe car leur dégradation commence dès lors qu’ils sont cueillis.
  • Ils sont généralement moins traités car il est plus probable qu’ils aient poussé naturellement en plein champs que sous une serre, et parfois hors sol. Ils sont généralement moins aspergés de produits favorisant la conservation car ils ont un temps de transport plus court que s’ils provenaient de d’autres pays, où les réglementations en termes d’utilisation de produits phytosanitaires peuvent également être différentes qu’en France.
  • Ils sont un peu moins chers car récoltés en plus grandes quantités en saison, et ont eu également moins de transport s’ils sont produits localement. Les fruits et légumes de saison permettent également d’acheter local et donc de soutenir un développement économique durable.
  • Il y a également des bénéfices pour l’environnement car, hors saison, les fruits et légumes sont soit importés de pays étrangers, cultivés sous serre et/ou hors-sol, donc privés des apports nutritifs essentiels de l’écosystème. Consommer des produits locaux permet donc de diminuer la pollution liée aux transports, à l’utilisation de produits phytosanitaires (croissance plus rapide des plants, traitement de conservation…), à l’utilisation d’énergie pour chauffer les serres et refroidir les chambres froides de stockage…

Toutefois, même si les aliments sont produits localement, ils peuvent tout de même être cultivés sous serre et/ou avec une utilisation importante de pesticides.

Seuls les produits issus de l’agriculture biologique (AB) garantissent un mode de culture ou d’élevage excluant l’usage des produits chimiques de synthèse, d’OGM et limitant l’emploi d’intrants (ex : les engrais) ; c’est donc une obligation de moyens et non de résultats liés à l’environnement des productions. Ainsi, les aliments bio représentent un mode de production favorisant le recours à des pratiques culturales et d’élevages véritablement plus soucieuses du respect de la nature et de la santé.

D’autres produits sont issus d’une l’agriculture raisonnée, c’est-à-dire d’une production avec une meilleure prise en compte du respect de l’environnement, de la santé et du bien-être des animaux, sans pour autant être des produits bio.

Pour savoir comment ont été produits et élevés les aliments que vous choisissez, n’hésitez pas à discuter avec le vendeur de la provenance des produits.

La saisonnalité ne concerne pas uniquement les fruits et légumes, mais également d’autres aliments comme les poissons, les fruits de mer ainsi que les fromages. En effet, pour les produits de la pêche (poissons, crustacés et coquillages), il est essentiel de respecter leur rythme biologique, c’est-à-dire les périodes de reproduction et de naissance en limitant alors leur consommation, ainsi que les cycles de pêche afin de préserver la biodiversité des espèces.

Les poissons bio proviennent uniquement d’élevages en pisciculture afin de contrôler leur alimentation (garantie sans OGM, hormones de croissance et acides aminés de synthèse) et leur milieu de vie (qualité de l’eau). Ils sont élevés dans des cages flottantes installées dans leur milieu naturel (mer, rivière ou lacs) ou dans des bassins afin notamment de rejeter tout mode de pêche abusive.

Quant aux fromages, ils ont également des périodes de consommation optimales différentes selon l’alimentation de l’animal au moment de la récolte du lait (herbe fraîche, foin…) ainsi que de leur temps d’affinage [1].

  • Le printemps est le début de la période de prédilection des fromages frais et à affinage court, notamment les fromages de chèvre (ex : Banon, Chabichou, Selles-sur-Cher…), les fromages à pâtes molles à croûte fleurie (ex : Brie, Coulommiers...) et à croûte lavée (ex : Epoisses, Langres, Livarot…).
  • L’arrivée de l’été annonce celle des premiers fromages à pâtes pressées non cuites (ex : Saint-Nectaire, Reblochon...), en plus de ceux du printemps.
  • L’automne est, quant à lui, plutôt la pleine saison des fromages aux saveurs plus corsées comme ceux à pâtes persillées (ex : Roquefort, Fourme d’Ambert…) à pâtes molles à croûte lavée (ex : Maroilles, Livarot...).
  • En hiver, la production de lait est ralentie car l’herbe est plus rare, c’est donc l’époque où il faut plutôt déguster les fromages d’alpage fabriqués l’été et arrivant à maturité (ex : Laguiole, Salers, Tomes, Ossau-Iraty…) ou les fromages a durée d’affinage plus longue (ex : Beaufort, Comté, Gruyère…) fabriqués l’année précédente.

Pour mieux connaître les produits de saison, suivez le guide !

Les balades au marché, mais également aux halles, au fil des saisons permettent de faire découvrir aux enfants la diversité des produits en fonction des périodes de récoltes, tout en favorisant les productions locales. Elles permettent ainsi de choisir avec eux les aliments qui seront au menu, et pourquoi pas de les préparer ensemble : ils se familiariseront ainsi plus facilement avec ces aliments, comme les légumes par exemple, et cela favorisera par la suite leur consommation. En effet, lorsque la période de néophobie alimentaire apparaît [2], l’enfant a besoin de reconnaître ce qu’il introduit dans son corps, avant de pouvoir le faire. Pour cela, il est essentiel de développer le contact entre l’enfant et les aliments avant qu’ils ne soient dans son assiette, comme lors d’une promenade au marché ou de la préparation du repas par exemple. Elles permettent également de rencontrer les producteurs, de discuter avec eux pour mieux connaître leurs produits (ex : variétés des produits, mode de culture…), et pourquoi pas de leur rendre visite un peu plus tard avec les enfants pour découvrir leur exploitation. En effet, certains producteurs proposent de venir récolter directement les produits sur place et de repartir avec son panier rempli, une nouvelle idée d’activité qui ravira les plus grands !

[1] Voir LAT « Cheeeeese !!! Le fromage dès le plus jeune âge », dans l’article « La saisonnalité des fromages ».

[2] Voir LAT « Les crudités : fruits et légumes essentiels à la santé », dans l’article « Le développement du goût chez l’enfant ».

Réalisé par

logo_ireps

L'Instance Régionale d'Education et de Promotion de la Santé Bretagne - Antenne du Finistère

Adresse: 9, rue de l'Ile d'Houat
29000 Quimper
Telephone: 02 98 90 05 15
Site: www.irepsbretagne.fr
E-mail: contact29@irepsbretagne.fr

Avec le soutien

logo_ireps

du Conseil Départemental du Finistère - Direction de la solidarité, service PMI
Site: www.finistere.fr