Accueil du site > Mieux décrypter les produits pour mieux s’alimenter > Les additifs alimentaires

Les additifs alimentaires

jeudi 22 mars 2012, par WEBMASTER

Qu’est-ce-qu’un additif alimentaire ?

C’est une substance ajoutée intentionnellement et en petite quantité dans un aliment.

On entend par additif alimentaire toute une substance habituellement non consommée comme aliment en soi et habituellement non utilisée comme ingrédient caractéristique dans l’alimentation, possédant ou non une valeur nutritive, et dont l’adjonction intentionnelle aux denrées alimentaires, dans un but technologique au stade de leur fabrication, transformation, préparation, traitement, conditionnement, transport ou entreposage, a pour effet, ou peut raisonnablement être estimée avoir pour effet, qu’elle devient elle-même ou que ses dérivés deviennent, directement ou indirectement, un composant des denrées alimentaires. (Décret du 18 septembre 1989)

, c’est le nombre d’additifs autorisés en France actuellement.

La classification des additifs alimentaires

Ils font l’objet d’une codification de la Communauté Européenne. Ce code se compose de la lettre « E » suivie d’un numéro permettant d’identifier la catégorie.

CODFICATION CATEGORIES RÔLES AUTRES
E 100 COLORANTS Ils confèrent, rendent, renforcent ou modifient la couleur des aliments. Ils ne présentent aucun effet hygiénique. Ils peuvent être d’origine naturelle ou artificielle.
E 200 CONSERVATEURS Ils limitent le développement des micro-organismes pathogènes et prolongent la durée de conservation des aliments en les protégeant des micro-organismes d’altération. Ils peuvent aussi assurer d’autres fonctions : antioxydants, acidifiants, correcteurs d’acidité, exhausteurs de goût et gaz propulseurs ou d’emballage.
E 300 ANTIOXYDANTS OU AGENTS ANTI-OXYGENE Ils protègent les aliments des altérations provoqués par les phénomènes d’oxydation (rancissement des matières grasses, brunissement des fruits et légumes). Deux d’entres eux peuvent être d’origine naturelle : la vitamine C (E 300) et la vitamine E (E 306). On y trouve aussi des agents de texture, des acidifiants, des correcteurs d’acidité et des exhausteurs de goût.
E 400 AGENTS DE TEXTURE Ils se déclinent sous plusieurs formes :
  • Les émulsifiants : rendent les mélanges homogènes et stabilisent les émulsions
  • Les épaississants : augmentent la viscosité
  • Les gélifiants : permettent la formation d’un gel et donnent de la consistance à l’aliment
  • Les stabilisants : maintiennent les propriétés physiques et chimiques d’un aliment
  • Les anti-moussants : bloquent la formation de mousse
  • Les humectants : empêchent de dessèchement des aliments et favorisent la dissolution d’une poudre dans de l’eau
Certains agents de texture sont d’origine naturelle et végétale (ex : graines de plantes, extraits d’algues, de fruits, d’arbres…). Les amidons modifiés chimiquement sont susceptibles de comporter des OGM (ex : amidon modifié de maïs). La règlementation impose leur mention sur l’étiquette lorsque le produit contient plus de 0,9% d’ingrédients issus d’OGM.
E 500 ACIDIFIANTS Ce sont des substances qui augmentent l’acidité de l’aliment ou qui lui donne une saveur acidulée. On y trouve aussi des correcteurs d’acidité, des antiagglomérants, des affermissants, des poudres à lever et des exhausteurs de goût.
E 600 EXHAUSTEURS DE GOÛT Ils renforcent le goût des aliments en excitant la réceptivité des cellules gustatives.
E 900 AGENTS D’ENROBAGE ADDITIFS GAZEUX EDULCORANTS
  • Les agents d’enrobage constituent une couche protectrice ou confèrent à l’aliment un aspect brillant. Les plus courants sont les cires (dont certaines sont d’origine naturelle).
  • Les additifs gazeux sont des gaz propulseurs permettant d’expulser l’aliment de son emballage ou bien des gaz d’emballage permettant la mise en contenant.
  • Les édulcorants donnent une saveur sucrée aux aliments et apportent peu d’énergie.
E 1000 « HORS CATEGORIE » Il s’agit d’un groupe ou l’on retrouve divers additifs, dont les amidons modifiés que l’on retrouve dans de nombreux aliments.

Les additifs à éviter (liste non-exhaustive) :

  • Le BHA ou butylhydroxyanisol (E 320) : antioxydant de synthèse utilisé avec les arômes alimentaires. Il est « peut-être cancérogène pour l’homme » selon l’OMS et c’est aussi un perturbateur endocrinien.
  • Les parabènes (E 214 à E 219) : conservateurs et antioxydants de synthèse dont l’innocuité est insuffisamment démontrée. Ils sont suspectés d’être des perturbateurs endocriniens, voire des produits cancérogènes.
  • L’aluminium contenu dans divers additifs (E 173, E 520 à E 523, E 541, E 554 à E 556, E 559, E 1452) : à fortes doses, ils peuvent irriter l’appareil digestif.
  • Certains colorants (E 102, E 104, E 110, E 122, E 124, E 129) : ils peuvent avoir des effets indésirables sur l’activité et l’attention chez les enfants (hyperactivité). En juillet 2010, l’Union Européenne a imposé cette mention pour l’étiquetage afin de prévenir le consommateur de ce risque. Depuis, ces colorants sont beaucoup moins utilisés par les industriels.
  • Les sulfites (E 221 à E 228) : conservateurs et antioxydants de synthèse pouvant présenter un risque d’allergie ou d’intolérance.
  • L’aspartame (E 951) : il est soupçonné d’être cancérigène et à l’origine d’accouchements prématurés.

Les additifs alimentaires dans les aliments pour bébés :

On peut retrouver des additifs dans les aliments destinés aux jeunes enfants. Mais seuls certains additifs sont autorisés à entrer dans la composition de ces aliments spécifiques. En effet, les colorants et les édulcorants en sont totalement exclus car ils n’ont aucun intérêt pour les tout petits.

Les additifs alimentaires et les allergies :

Les allergies aux additifs sont rares mais bien réelles (0,02% à 1,5%). Elles concernent souvent des personnes dites « à risques » : les enfants atopiques et les adultes asthmatiques ou souffrants d’urticaire chronique. Les principaux symptômes sont l’urticaire, la rhinite, les troubles gastro-intestinaux ou les céphalées ; les manifestations d’œdèmes ou d’asthme sont plus rares.

Certains additifs comme les benzoates, les nitrates, les nitrites et les glutamates provoquent des intolérances. Ils stimulent le système immunitaire et l’organisme devient alors hypersensible à ces substances. Les vraies allergies peuvent être provoquées par quelques additifs comme les sulfites, les glutamates et le colorant rouge cochenille. En cas de doute sur une réaction ou de suspicion d’un aliment, il vaut mieux consulter un médecin.

Les additifs alimentaires dans les aliments d’origine biologique :

Les aliments issus de l’agriculture biologique peuvent aussi contenir des additifs alimentaires. Mais cette filière en utilise tout de même beaucoup moins car seulement 48 additifs sont autorisés en bio, contre 312 en agriculture conventionnelle. Une grande majorité d’entre eux sont d’origine végétale, animale ou minérale ; seuls 4 d’entre eux sont d’origine chimique.

Réalisé par

logo_ireps

L'Instance Régionale d'Education et de Promotion de la Santé Bretagne - Antenne du Finistère

Adresse: 9, rue de l'Ile d'Houat
29000 Quimper
Telephone: 02 98 90 05 15
Site: www.irepsbretagne.fr
E-mail: contact29@irepsbretagne.fr

Avec le soutien

logo_ireps

du Conseil Départemental du Finistère - Direction de la solidarité, service PMI
Site: www.finistere.fr