Accueil du site > Mieux décrypter les produits pour mieux s’alimenter > Les contenants alimentaires

Les contenants alimentaires

Risques & recommandations

jeudi 22 mars 2012, par WEBMASTER

Parmi tous les contenants des aliments que nous consommons quotidiennement, le « risque chimique » est bien réel. Un petit tour d’horizon de ces « polluants » alimentaires…

L’évaluation du risque est basée sur des notions de doses définies :

-  DJA : la Dose Journalière Acceptable est la quantité d’une substance chimique soumise à autorisation qu’un individu peut consommer tous les jours sans risque pour sa santé.

-  DJT : la Dose Journalière Tolérable est la quantité d’un contaminant naturel alimentaire qu’un individu doit pouvoir ingérer tous les jours de sa vie sans courir de risque pour sa santé.

Les plastiques alimentaires :

Les plastiques sont tous fabriqués à partir de dérivés pétroliers et contiennent des phénols que l’on retrouve aussi dans certaines substances naturelles comme les hormones. Or, quand une molécule a une configuration voisine de celle d’une hormone, elle peut interagir avec le récepteur de celle-ci dans l’organisme : c’est un perturbateur endocrinien. Les matières plastiques utilisées couramment pour emballer les aliments peuvent donc contenir des perturbateurs endocriniens.

Comment identifier les matières plastiques ?

L’indication de la matière plastique utilisée pour fabriquer un emballage est représentée par un pictogramme en forme de triangle avec le n° ou sigle de la matière au centre. Ce pictogramme est bien souvent moulé dans le plastique lui-même.

La classification des matières plastiques :

  1. PET : polyéthylène téréphtalates (eaux embouteillées)
  2. PEHD : polyéthylène de haute densité (flacons, récipients)
  3. PVC : polychlorure de vinyle assoupli par phtalates, bisphénol A (films étirables)
  4. PEBD : polyéthylène de basse densité (films, emballages, sacs)
  5. PP : polypropylène (bouchons, boites hermétiques)
  6. PS : polystyrène (emballages isolants, produits frais)
  7. PC : polycarbonates (bisphénol A) / résines epoxy (bonbonnes, bouteilles de jus de fruits, canettes, conserves, biberons)
JPEG - 286.7 ko
impact-sante.fr - Abstract Pédiatrie n°244 mai 2011

Beaucoup d’aliments et de boissons sont stockés au contact de matières plastiques. Les composants des matières plastiques peuvent ainsi migrer dans les aliments que nous consommons régulièrement.

Certains facteurs augmentent cette migration des composants dans les aliments :

  • la chaleur : le chauffage au micro-ondes ou au bain-marie
  • une exposition prolongée au soleil
  • l’acidité des aliments (ex : vinaigre, sodas, jus de fruits)

Le point sur le bisphénol A (ou BPA) :

Le bisphénol A est un composé chimique utilisé dans la fabrication de matériaux plastiques. Très répandu dans les objets de la vie courante, on le retrouve notamment dans les contenants alimentaires.

Il est présent dans certains types de plastique et certaines résines à usage alimentaire :
- le polycarbonate (PC) : ce plastique, transparent, très rigide et difficilement cassable, est utilisé pour la fabrication de vaisselle, de biberons, de bouilloires, de carafes et de bonbonnes à eau
- les résines époxy-phénoliques : ces résines peuvent être utilisées comme revêtement de la surface interne des couvercles, de certains réservoirs et canalisations d’eau potable, des contenants métalliques (boîtes de conserve, canettes…). Elles servent à préserver le goût des aliments et à les protéger d’une contamination microbiologique.

Ce produit est déjà interdit dans les biberons depuis 2010 et une récente loi d’octobre 2011 va suspendre progressivement la fabrication et la mise sur le marché de tout conditionnement alimentaire contenant du bisphénol A :
-  dans les contenants alimentaires de produits destinés aux enfants de moins de 3 ans à partir de 2013
-  dans tous les contenants alimentaires à compter de 2014

Lors d’une expérience menée par l’ONG étatsunienne Breast Cancer Fund, le bisphénol A a été mesuré dans les urines de cinq familles (soit 10 adultes et 10 enfants) avant, pendant et après un régime où toute exposition à des produits alimentaires manufacturés avait été supprimée au profit d’une alimentation fraîche préparée en dehors de tout contact avec des matériaux susceptibles de contenir du bisphénol A. Les taux classiques d’imprégnation au BPA ont chuté en moyenne de 60% (voire dans certains cas jusqu’à 76%) à l’issue du régime avant de revenir à leurs valeurs initiales dès la reprise d’une alimentation classique.

Cette expérience montre bien que les usages quotidiens d’emballages alimentaires contribuent grandement à l’absorption de bisphénol A par l’ensemble de la population.

Source : Réseau Environnement Santé – Panorama des alternatives disponibles au bisphénol A dans les matériaux de contact alimentaire - Note d’avril 2011 réalisée par Malek Saidi et Yannick Vicaire

Les effets possibles des phtalates et du BPA sur la santé humaine :

Les femmes enceintes, allaitantes et les jeunes enfants sont les populations les plus à risque. Ils peuvent :
- altérer le développement du système nerveux de l’enfant
-  avoir une incidence sur les maladies cardiovasculaires ainsi que sur le métabolisme du sucre (diabète)
-  causer une baisse de la fertilité
-  induire des troubles du développement de la prostate
-  augmenter le risque de développement d’une maladie intestinale à l’âge adulte

Les conseils aux consommateurs : quels gestes adopter ?

  • Préférer l’utilisation de récipients en verre pour la conservation et le réchauffage des aliments.
  • Eviter les objets des catégories 3 (PVC), 6 (PS) et surtout 7 (PC).
  • N’utilisez plus d’anciens biberons ou de vaisselle en polycarbonate (PC).
  • Eviter de chauffer des aliments dans leur conditionnement d’origine. Si vous les utilisez, évitez les trop fortes températures pour les contenants dits « micro-ondables ».
  • Remplacer régulièrement les récipients anciens ou usés car ils se dégradent rapidement.
  • Ne pas stocker ces contenants à proximité d’une source de chaleur (près d’une chaudière par exemple).
  • Pour les nourrissons : préférer les laits infantiles en poudre aux laits liquides ainsi que les tétines en caoutchouc naturel.
  • Eviter le contact prolongé des produits gras avec un film plastique et ne pas les exposer à la chaleur ; préférer plutôt du papier sulfurisé.
  • Préférer les moules en silicone capables de résister à des températures de 260 à 280°C ou avec la mention « silicone platinium ».
  • Ne versez pas des boissons ou des aliments très chauds dans des récipients en polycarbonates (PC).
  • Limitez l’achat de canettes et de boîtes de conserves.

Consultez la plaquette du Ministère de la Santé sur le BPA « Recommandations aux femmes enceintes et aux parents de jeunes enfants »

Les encres alimentaires :

Les huiles minérales dérivées du pétrole présentes dans les encres et emballages en carton sont susceptibles de se retrouver dans les aliments (riz, couscous, pâtes…). Les études de toxicité menées sur les animaux ont montré des atteintes hépatiques, cardiaques et lymphatiques. Si les études ont définis un seuil à ne pas dépasser, la réglementation actuelle ne définit aucune limite contraignante pour ces composés. Conseil : éviter de stocker longtemps les aliments dans leur carton d’origine, les transférer dans un bocal en verre et vérifier la DLUO (Date Limite d’Utilisation Optimale, voir la lettre « A table ! » Se nourrir en toute sécurité).

Réalisé par

logo_ireps

L'Instance Régionale d'Education et de Promotion de la Santé Bretagne - Antenne du Finistère

Adresse: 9, rue de l'Ile d'Houat
29000 Quimper
Telephone: 02 98 90 05 15
Site: www.irepsbretagne.fr
E-mail: contact29@irepsbretagne.fr

Avec le soutien

logo_ireps

du Conseil Départemental du Finistère - Direction de la solidarité, service PMI
Site: www.finistere.fr